Efficace le lobby du tabac!

Publié le dimanche 11 juillet 2010 à 11 h 39 min par Benoit Duguay.

Comme promis dans mon billet précédent, publié le 6 juillet, j’ai enquêté sur la nouvelle loi modifiant les dispositions de la Loi canadienne sur le tabac, entrée en vigueur le lundi 5 juillet. J’ai annoncé les résultats de mes recherches dans ma chronique « Consommation », diffusée tous les jeudis à 9 h 50 à Radio Ville-Marie (91,3 FM à Montréal). Pour ceux qui l’auraient manquée, voici ce qui en est.

Dans ce billet du 6 juillet, j’écrivais : « C’est une loi très responsable, en apparence en tout cas, et surtout, qui a le mérite de ne pas être hypocrite. » Ne connaissant pas encore le texte précis de la loi, j’ai alors ajouté la réserve « en apparence »; heureusement pour moi d’ailleurs, puisque ce que j’ai appris par la suite m’a laissé pantois.

Le texte de la nouvelle loi stipule que sont interdits les cigarillos qui : 1. Sont aromatisés, peu importe la saveur (fraise, vanille, vin ou autre); 2. Sont dotés d’un filtre; 3. Pèsent 1,4 g ou moins.

Or il est rapidement apparu que des cigarillos aromatisés étaient vendus dans les commerces dès l’entrée en vigueur de la loi. Ce fut annoncé le jour même en primeur par le journaliste Pierre-Olivier Fortin dans le quotidien Le Soleil et par La Presse canadienne dans Le Devoir.

Vérification faite dans un dépanneur du coin, on vend maintenant non pas des cigarillos, mais des « petits cigares » aromatisés de plus de 1,4 g et dont le filtre a été retiré au profit d’un système de filtrage « naturel », ce qui est naturel étant sans doute meilleur pour la santé.

Je ne vois que deux explications possibles à cette fumisterie.

Ou bien les personnes qui ont rédigé le texte de loi ont agi de bonne foi, croyant éliminer un produit jugé dangereux pour la santé et qui favorise une première utilisation du tabac, en particulier par les jeunes; si tel est le cas, le moins qu’on puisse dire c’est qu’ils ont manqué d’imagination et sous-estimé la capacité d’adaptation de l’industrie du tabac.

Ou bien ces mêmes personnes ont été influencées par un lobby du tabac très efficace qui a, en quelque sorte, « dicté » un texte de loi qui leur permettait de rapidement contourner la loi; si tel est le cas, le moins que l’on puisse dire c’est que ce texte de loi est une hypocrisie destinée à berner le bon peuple.

Laquelle des possibilités que j’évoque est, selon vous, la bonne? S’il existe une autre explication valable, j’aimerais que quelqu’un m’en fasse part.


Laisser un commentaire

Livres

Consommation et nouvelles technologies

livre3

Consommation et luxe

livre1

Consommation et image de soi

livre2