Consommation réfléchie et capitalisme responsable

Publié le vendredi 13 août 2010 à 12 h 43 min par Benoit Duguay.

Le jeudi 12 août, dans une entrevue sur le thème « Sommes-nous des citoyens responsables? » avec Marie Plourde, en compagnie d’Yvon Laprade, journaliste à Rue Frontenac, j’ai cité une entreprise comme exemple de « capitalisme responsable ». Il s’agit d’une déclaration faites le 18 mars 2009 par Nick Hayek, le PDG de l’horloger Swatch, à la suite d’une baisse du bénéfice de l’entreprise qu’il dirige :

« Pour une entreprise cotée en Bourse, qui annonce une chute de bénéfice, réduire de 10% l’effectif permet de faire remonter le titre. Cela ne marche pas comme cela chez nous. Il n’y aura ni licenciement ni recul des investissements chez Swatch. Nous acceptons d’avoir un rendement amoindri et de ne pas être les chouchous de la Bourse » (extrait de Consommation et nouvelles technologies – Au monde de l’hyper, p. 173).

N’ayant pas eu l’occasion d’aborder le thème de la « consommation réfléchie » lors de l’entrevue, je voudrais formuler quatre conseils pour vous aider à mieux consommer :

  1. Évitez de vous endetter pour la consommation courante et payez le solde de vos cartes de crédit à échéance pour éviter de payer des intérêts.
  2. Ne vous laissez pas tenter par les étalages promotionnels, de façon à éviter les achats impulsifs.
  3. En matière d’habillement, les modes de la saison sont habituellement passagères alors que d’autres, plus classiques, résisteront au passage du temps. Choisissez des vêtements et accessoires dont le style sera durable.
  4. Toujours en matière d’habillement, apprenez à juger de la qualité des matériaux et achetez des vêtements et accessoires qui résisteront à l’usage pendant plusieurs années… même si vous devez payer un peu plus cher.

La société d’hyperconsommation nous a habitués à une stimulation journalière de nos désirs et à une satisfaction immédiate de nos envies. Ces désirs, nous devons apprendre à les maîtriser; cette maîtrise doit s’acquérir dès le plus jeune âge. C’est le rôle des parents de l’enseigner à leurs enfants et de prêcher par l’exemple; le fait qu’un article soit en solde ou qu’un nouveau modèle soit mis sur le marché ne sont pas des raisons suffisantes pour acheter un produit.

2 commentaires pour “Consommation réfléchie et capitalisme responsable”

  1. Fred dit:

    Merci pour ce billet, par contre, je trouve que votre analyse est plutôt simpliste.
    Le capitalisme ne peut être responsable, et la consommation en régime capitaliste ne peut être murement réfléchie. Ce serait comme de demander à un éternel adolescent de réfléchir et de planifier ses pensées et ses actes.

    Le capitalisme est basé sur une consommation infinie et toujours plus importante. Dès que cela cesse, la roue économique qu’est le capitalisme se bloque et la machine s’arrête. Les artisans du capitalisme ont inventés des biens de consommation qui durent moins longtemps, afin d’accélérer la consommation. Ils ont permis et encouragé l’endettement chronique et excessif, tout en répandant une panoplie de mensonges afin de vendre des produits toujours plus inutiles. Si cela cesse, l’engrenage se bloque…

    Le capitalisme que nous connaissons aujourd’hui est basé sur une poignée de postulats qui n’ont plus aucun sens aujourd’hui. Le premier d’entre eux veut que le capitalisme soit basé sur une compétitivité loyale, mais en cet ère de mondialisation, la vrai concurrence n’existe plus dans bien des secteurs. Le capitalisme est devenu de plus en plus instable, déconnecté de la réalité, et nos élites le savent bien. Ce n’est pas pour rien qu’ils ont créer des milliers de milliards de $$$ pour repousser la crise économique de 2008. Pendant ce temps, la division entre riches et pauvres ne cesse de croître et ceux qui sont supposés protéger les masses et la justice restent stoïques et insensibles.

    Le capitalisme est vétuste, dépassé, il n’arrive plus à distribuer équitablement le travail et la richesse ni au niveau national, et encore moins au niveau planétaire. Nos élites le savent, et ils feront tout pour ne pas nous en instruire. L’appareil politique est à leur solde, tout comme les médias, les syndicats, les commençants et tout ceux qui profitent de près ou de loin de ce système de division sociale.

    Je peux comprendre que vous espérez, tout comme moi, que l’individu se conscientisera et trouvera une façon de consommer, respectueuse de l’Homme et de l’Environnement, mais c’est une totale utopie. Le chaos économique qu’est le capitalisme ne peut plus soutenir et aider l’être humain, c’est plutôt l’être humain qui doit se réduire en esclavage et à toute forme de prostitution pour soutenir le système capitaliste. Cela n’a plus de sens, nous devons évoluer, nous devons surpasser les dogmes du passé.


  2. Sylvain dit:

    je crois qu’une consommation réfléchie c’est acheter des services Québecois, plustot que des boites, et marchandises fabriquées outre-mer.

    Il faut savoir distinguer nos besoins de nos désirs trop souvent confondus.



Laisser un commentaire

Livres

Consommation et nouvelles technologies

livre3

Consommation et luxe

livre1

Consommation et image de soi

livre2