Collectif Étudiant de Transformation Alimentaire Communautaire et Écologique (CÉTACÉ)

Publié le mercredi 6 mai 2009 à 9 h 45 min par Olivier S.

Depuis bon nombre d’années, des études ont prouvé que le manque d’attention en classe était souvent causé par une alimentation déficiente et insuffisante. La problématique visait principalement les écoles primaires et secondaires, mais il reste que le problème peut aussi s’observer dans les institutions d’enseignement postsecondaires.

Cette situation peut s’expliquer par un ensemble de causes, notamment la situation économique précaire de plusieurs étudiants et étudiantes, le manque de temps pour cuisiner et des lacunes au niveau des connaissances culinaires ou nutritionnelles. Ainsi, dans le contexte des hausses récentes du coût des aliments, le besoin de solutions saines et abordables pour se nourrir se fait sentir.

Avec la Collectif Étudiant de Transformation Alimentaire Communautaire et Écologique (le CÉTACÉ), il s’agira d’offrir à l’UQAM un espace pour cuisiner de façon autonome en petits groupes volontaires pour confectionner des plats nutritifs à un faible coût. Une cuisine collective est un petit groupe de gens qui mettent en commun leurs compétences pour cuisiner des plats nourrissants et abordables à rapporter chez soi. On choisit ensemble des recettes, on dresse la liste d’épicerie, on fait les achats puis on se réunit pour cuisiner.

Objectifs:

  1. Développer l’autonomie alimentaire;
  2. Contrer l’isolement social et favoriser le contact entre les pairs;
  3. Créer un espace pour le partage de connaissances au niveau:
  • technico-pratique (ex. comment cuisiner de façon sécuritaire);
  • culturel (ex. cuisines multi-culturelles, cuisine végétarienne);
  • économique (cuisiner à peu de frais des aliments sains, nourissants);

4.  Favoriser une alimentation locale, écologique, saine, solidaire, accessible et juste.

Le projet sera inclusif et invitera les étudiants et les étudiantes soit à se joindre à un groupe pour cuisiner, soit à se former un groupe de cuisiniers et cuisinières volontaires. Les plages horaires seront conçues en fonction des heures de cours et les séances de cuisine seront étalées sur la semaine en fonction des horaires des participants et participantes.

Le projet suscite déjà l’intérêt d’une vingtaine de personnes, qui participent aux rencontres visant la mise sur pied de la cuisine. Les deux groupes de cuisine collective du comité Aliments d’ici, membres du GRIP (Groupe de Recherche en Intérêt Public), aimeraient se joindre au projet, pour avoir un lieu plus accessible pour la communauté uqamienne.

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Liens

Je souhaite étudier à l'UQAM
18 nouveaux programmes de cycles supérieurs

Abonnement RSS